PRESSE (extraits)
 

NB : Des photographies numérisées des auteurs et des livres sont disponibles sur demande à contact@camerasanimales.com

 
A propos de Caméras Animales

Entretien de Nikola Akileus et Mathias Richard avec Patrick Cintas
Patrick Cintas, RAL,M n░84, 1er juillet 2013

« Caméras Animales est ce que je qualifierais de collectif militant. Dans l'ombre, et le silence, à travers les pierres et surtout dans vos yeux et vos oreilles (éditions / label), ils agissent, à la fois ancrés dans le contemporain, tout en en étant extrêmement décalés, à penser comme une humanité résistante de demain à leur manière. »
Elie Dabrowski, Ambient Churches, 26 janvier 2013

« Des fous complets. »
André Murcie, Alyteraturi.com, 11 janvier 2011

« Nous sommes en présence d’un véritable tigre-sabre, d’une de ces bêtes assassines qui hantent l’imagier collectif de la préhistoire, un de ces prédateurs sans science ni conscience échappé du néolithique. »
André Murcie, Bucéphale, 10 octobre 2005

« Viva les jeunes qui se lancent dans le monde des livres de manière PUNK ROCK ! » Laurence Rémila, Technikart

François et Mathias Richard interviewés par Patrick Cintas sur Artistasalfaix.com
Patrick Cintas,
Artistalfaix.com, novembre 2006

« Les Caméras Animales explosent le monde […] Pour donner à ressentir l’Art comme mode de vie, les Caméras Animales publient dès aujourd’hui un ouvrage aux confins de la fureur et de l’intense et promettent ainsi des publications futures susceptibles de bouleverser la perception des lecteurs, au contact de tous les arts et de la littérature. »
Olivier Stroh, Zone Littéraire

« Deux ouvrages rares et courageux signent l'acte de naissance d'une maison d'édition singulière, Caméras Animales.»
Philippe Robert, revue Mouvement n°32, p.39-40, chronique intitulée "Sacrés"

« Face au raz-de-marée de l’édition industrielle, quelques résistants tentent courageusement de promouvoir une autre éthique éditoriale. »
Alain Hélissen, Le Mensuel littéraire et poétique n°335, 1er novembre 2005

« Alors que certains dépensent leur énergie à "s'indigner" de la littérature contemporaine française, sans proposer en général de meilleure alternative, d'autres sont au contraire actifs et explorent de nouvelles formes d'écriture. La jeune maison d'édition "Caméras animales", qui fêtera bientôt ses 3 ans d'existence, mène ainsi depuis ses débuts "une recherche sur les devenirs multiples de l'écriture". »
Le Buzz littéraire, 25 avril 2007, "Réinventer les écritures pour transcender les genres littéraires"

espace
"Post-net writing goes back to paper. "Caméras animales" has great potential as feeding ground for literary specialists and fans of the digital pleasures, underground literature, net communities and rock'n'roll. The new generation of out-of-the-net and post-net writers is definitely in."
Vesna Gerintes, Holy Chic !, 1er juin 2007

« Les éditions Cameras Animales ont montré depuis leur création, à quel point, loin de toute littérature facile, de fast-reading, ou de publication d’easy-writing, ils s’attachaient à chercher, publier et défendre des littératures minoritaires, littératures parallèles. »
Philippe Boisnard, 26 avril 2007, Libr-critik

Entretien de François et Mathias Richard avec Philippe Boisnard, 7 juin 2007, Libr-critik

« Si pour l’année 2004 je ne devais retenir que deux livres, mon choix se porterait sur : Danse-Fiction de Ly Thanh Tiên, et Musique de la Révolte Maudite de Mathias Richard ; les deux œuvres sont publiées aux Editions Caméras Animales.
Ni Poème, ni Roman, mais récit de deux expériences, leurs ouvrages sont ancrés à travers la musique et le cri, la danse et l’écriture, dans une gémellité politique/éthique qu’à mon sens, on ne peut éluder. »
Régis Nivelle, Ecrits-vains.com

espace « Un projet ambitieux et généreux. » Interview de François et Mathias Richard à propos de Caméras Animales.
Le Buzz littéraire, 21 mai 2007, "Des éditeurs pas comme les autres"

Mathias et François Richard invités à l’émission Des livres et moi sur Radio Béton (93.6, Tours), le 25 mai 2006, à propos de Musiques de la révolte maudite et de Caméras Animales. Interview réalisée par Emmanuel Mazodier et Fabienne Parduvo.
Pour écouter l'émission, télécharger le fichier )-ici-( [86 Mo, 1h34]
Emission Des livres et moi, Radio Béton, 25 mai 2006

« Nous sommes loin d’en avoir fini avec le groupe qui gravite autour de la maison d’éditions Caméras Animales. »
André Murcie, Bucéphale n° 11, mai 2005


A propos de mutantisme : PATCH 1.2
espace
espace
espace

« Le postulat fondamental du mouvement : à la mutation anthropologique que nous sommes en train de vivre doit correspondre une révolution artistique à même de la comprendre et de l'accompagner. »
Fabrice Thumerel, "La révolution mutantiste est en marche", Libr-critique, juillet 2016

╔mission Pénélope La MétaKronik (Radio Vassivière) en partie consacrée à mutantisme : PATCH 1.2 par des adaptations sonores de plusieurs textes du livre : extrait de l'émission
Pénélope La MétaKronik et 1ka, Radio Vassivière, juillet 2016

« Le manifeste Patch 1.2 vous demande d'abolir tous vos préjugés, de laisser à terre tous les lieux communs qui vous entourent pour mieux appréhender les liens entre poésie et science, les relations entre technique et littérature. »
« Ses textes vous rendront ivres de nouvelles perceptions de la réalité. »
Olivier Stroh, Lettres, etc., août 2016

« Ce livre est un forme de passage. Il donne le moyen à tous d'exploiter la réalité autrement. » (Patrice Cazelles)
Interview de Mathias Richard par Yves Tenret et Patrice Cazelles
╔mission "La vie est un roman", Aligre FM, mai 2016


« Le Mutantisme est une plongée dans un autre monde, créatif, politique, artistique et social, réflexif. Et pourtant, une fois immergé dans ce qui ressemble à de la science-fiction, la vérité se fait jour. Ce mutantisme n'a rien à voir avec le transhumanisme. C'est maintenant que ça se joue et qu'on peut, qu'on doit jouer avec les codes, les valeurs, les références pour s'en tirer.
Une plongée émancipatrice. C'est drôle, vivifiant, poétique et politique. »
Deux entretiens (avec Nikola Akileus, Marine Debilly, Mathias Richard, Annabelle Verhaeghe) et une chronique
Sylvain Nicolino, Obsküre Mag, mai 2016


« Les mutantistes défendent l'idée d'une autre manière de créer et de vivre ensemble, ouvrant des perspectives sociales, littéraires ou artistiques totalement novatrices. [.] En faisant sécession de toute idée préconçue, ces insoumis au prêt-à-penser ouvrent dans l'errance, dans la profondeur des instants et la vibration des lieux. »
Régis Nivelle, Lithoral, mai 2016 (texte paru dans le n░10 de la revue L'Intranquille)

« Comment non pas rester en vie dans ce monde-ci mais inventer une autre forme de vie et donc un autre monde ? »
Jean-Philippe Cazier, Diacritik, avril 2016

« Machines désirantes et expérimentales. »
Jean-Paul Gavard-Perret, Lelitteraire.com, avril 2016

« Un objet plastique, culturel, littéraire et intellectuel. Ça embarque, enferme, transporte. »
Tara Lennart, BooKalicious, avril 2016

« Le mutantisme appartient à une rare catégorie de l'intelligence et de la créativité. Il se forme d'une série d'observations d'une pertinence rarement atteinte de nos jours. Ouvrez ces deux livres au hasard, vous tomberez toujours sur une pensée. Vous n'échapperez pas à la pensée si vous ouvrez ces deux livres.
Il faut avancer, créer les conditions du chemin. └ cela servent les modules, métamorphoses constantes de l'esprit aux prises avec le monde et ses habitants, et les machines, véritables outils de provocation plus que de création d'ailleurs. On a affaire ici à des acteurs. Avec un pareil arsenal logique et linguistique, le mutantisme est un foyer de création prometteur.
C'est dit en exergue : le mutantiste n'est pas adapté. Voilà en quoi il est original et... urgent. »
Patrick Cintas, RAL,M, mars 2016

« Un épatant manifeste, inventif et jubilatoire, où les mots-valises accélèrent pensée et plaisir du texte. »
Hugues Marchal, février 2016

« Ce volume riche d'une trentaine de contributions nous enseigne les rudiments d'une stratégie qui se veut opératoire. Ne pas détruire les machines, mais pervertir leur fonctionnement. Ce livre est urticant. Vous pousse dans vos retranchements. »
Damie Chad, KR'TNT!, février 2016


A propos de Sonopsies
espace
espace
espace

« Caméras Animales joue les intercesseurs avec ce qui n'existe pas encore mais qui germe. [...] Allant chercher des pépites des deux côtés de l'Atlantique, cette première compil donnera une image sonore d'un mouvement qui fait et fera bouger bien des lignes. »
Jean-Paul Gavard-Perret, Les immortels, 13 mai 2014

« A smorgasbord or tasting party over 16 tracks of unusual, exotic sonic foodstuffs. [...] A worthwhile purchase for those looking for something blatantly off the wall »
Steve Mecca, Chain D.L.K., 22 octobre 2013

Entretien de Nikola Akileus et Mathias Richard avec Patrick Cintas
Patrick Cintas, RAL,M n░84, 1er juillet 2013

Sonopsies dans l'émission de radio "Laboratoire sonore" de Georges White
FM Plus Nîmes (103.1 FM) et FM Plus Montpellier (91 FM), mercredi 26 et samedi 29 juin 2013

Diffusion de 3 morceaux de Sonopsies dans l'émission "Une étoile dans la gorge" n░13 de Oslo Deauville
Radio Soleil 35 (95.3 FM), vendredi 3 mai 2013

« Sonopsies est un véritable et passionnant parcours du combattant question musiques expérimentales, avec de fortes tendances à bidouilles et une certaine propension à faire tremper la matière sonore première dans (au choix) un bain d'acide idéologique hilarant, une fontaine de jouvence pataphysique ou une étuve asphyxiante. »
Hazam Modoff, Heavy Mental, 20 avril 2013

« Complètement alternatif, totalement indépendant, hybride, cybernétique, industriel, psychédélique, poétique, mutant, paysages sonores, post-industriel, étrange, foutraque, expérimental, intéressant voyage sonore... »
Avec une diffusion du morceau "Saturnalia (Lights Return)" de Sun Thief
╔mission Témoin Auriculaire, Radio ╔vasion (Finistère 100.4FM), avril 2013
Podcast de l'émission [37'10''-51'30'']


« Een mooie mix van autonome muziekstijlen. » / « A nice mix of different music styles. »
« A compilation of musicians who mix different styles and have a certain stubborn individuality »
Jan Kees Helms, chronique parue simultanément sur Ravage Webzine (néerlandais) + Vital Weekly n░876 (anglais), 6 avril 2013

« COUP DE SONDE CYBERPUNK : Kaléidoscope musical fortement radioactif et foutraque [...], viscéralement polymorphe, le disque se compose en fragments ultra ciselés qui parcourent ou accidentent de longues et épaisses coulées sonores, entraînant vers autant de tunnels et d'artères inconscients. [...] Psychotique et labyrinthique, Sonopsies est une traversée des genres et des formes qui aime à scruter les marges. Celles de la poésie mais aussi de l'électronique et du rock les plus mutants. »
Georges White, SWQW, 27 mars 2013

Entrée d'un morceau du disque ["Robot" de R3PLYc4N] sur la playlist de Radio Panik (105.4 FM à Bruxelles)
Radio Panik, mars 2013

« L'excellente compilation Sonopsies, "autopsies sonores", sortie sur le jeune et intriguant label Caméras Animales. »
Adrien Landivier, émission Glitch (Le Mouv'), 2 mars 2013 ("Les nouveaux prophètes")
Avec la diffusion de "Cylindricals" de SÆomulçi? Gonn?c [30'30''-32'17''] et des flashs-extraits dans le mix de l'émission de "jufamil N or N-O" de Awkwardist [00'45''-01'29''] et de "bobbledred'd Nature's pre-grim rims, you've prissy inSeenshpÝ" [43'25''-43'37''] de M. Savant Stifleson

Méryl Marchetti interviewé par Aude Lavigne à l'occasion de sa participation au disque collectif Sonopsies.
« Un CD foisonnant, une belle compilation de talents fort peu connus. » (Aude Lavigne)
France Culture, émission La Vignette, 21 février 2013 [écoutable en podcast sur le site de l'émission]

Diffusion d'un extrait du disque ["Manifeste mutantiste" de Mushin] sur l'émission "Dataplex : Free Poëtry mit Würst" de Damien Morel et Fabrice Jahk : écouter/télécharger le podcast
Radio Galère (Marseille), 12 février 2013
Infos détaillées sur le contenu de cette émission -ici-

« Sonopsies, une compilation très intéressante aux confins du rock et de l'avant-garde. »
Christophe Bourseiller, émission Electromania (France Musique), 5 février 2013 [35'45''-41'33'']
Avec la diffusion d'un large extrait de « Il paraît » de ElFuego Fatuo

Diffusion d'un extrait du disque ["Manifeste mutantiste" de Mushin] sur l'émission "BiP_HOp Generation" de Philippe Petit : écouter/télécharger le podcast
Eko des Garrigues (Montpellier), 31 janvier 2013
Jet FM (Nantes), 1er février 2013
Radio Campus (Grenoble), 2 février 2013
Radio Grenouille (Marseille), 3 février 2013

« Contre la vision mainstream, s'imposent ces ambiances sonores et ces textes sonorisés aussi fascinants qu'inquiétants. »
Fabrice Thumerel, Libr-critique, 31 janvier 2013

« L'ambiance marginale jusqu'aux ongles, mélangeant technologie et bestialité, instincts primaires et améliorations physiques et mentales, fleure bon le terrorisme musical. »
Elie Dabrowski, Ambient Churches, 26 janvier 2013

« It is very arty and avant-garde but above all, it simply rocks your electronic socks. »
Kai Nobuko, Yeah I Know It Sucks, 24 janvier 2013

« Il ne s'agit pas pour l'équipe et ses météores de créer un label supplémentaire de poésie sonore ou de musiques bruitistes, mais bien de fédérer des recherches, de l'instabilité, du questionnement et des limites. »
Sylvain Nicolino, avis complémentaire suite à l'article dans Obsküre Magazine #13, janvier 2013

« MUR DU SON POÉTIQUE »
Sylvain Nicolino, Obsküre Magazine #13, janvier 2013

« A true experimental extravaganza. It's creative, and a little bit mad. It's really hard to get a handle on, which is the hallmark of any good experimental music. Sonopsies is meant to open the ears to poetry, musical experimentation and the avant-garde, and is recommended for the adventurous, the curious and the brave. »
(« Un vrai festival expérimental. C'est créatif et un poil fou. C'est vraiment difficile à définir, ce qui est la caractéristique de toute bonne musique expérimentale. Sonopsies est destiné à ouvrir les oreilles à la poésie, l'expérimentation musicale et l'avant-garde, et c'est recommandé aux aventureux, aux curieux et aux braves. »)
Richard Allen, A Closer Listen, 6 janvier 2013

« Plasma musical expérimental très proche de la poésie, participant d'une même combustion lente mais radicale, ce fleuve sonore [...], se comporte tel un agent métamorphique agissant sur les organes des sens, tout en empruntant à la réalité ses essences primordiales ; contingence, nécessité et chaos. »
Régis Nivelle, Lithoral, 13 décembre 2012


A propos du Manifeste mutantiste 1.1
espace
espace
espace

Interview de Mathias Richard par Henri Landré sur Jet FM Nantes, évoquant entre autres le manifeste mutantiste (11 octobre 2014).

Spéciale Manifeste mutantiste 1.1 dans l'émission "Pénélope La MétaKronik" n░37 (Radio Vassivière), 30 octobre 2014
Extrait ici

Deux textes (par Méryl Marchetti et Josette Marty) autour du Manifeste mutantiste 1.1, parus dans la revue pédagogique Dialogue n░153 (juillet 2014) (Groupe Français d'Education Nouvelle)

« (...) Puisque la révolution n'est pas pour demain, changez de forme !
(...) Les mutantistes sont les survivants du "dressage de masse", par toutes les possibilités d'expressions. Ils créent de nouveaux genres. "╔crire n'est pas penser mais sculpter". Les propositions explorent l'infra-psychique, le fantastique, les limites du corps. Créations résultantes : machines imaginaires, écritures sous musique, arts cinétiques, communication extra-terrestre, le devenir-robot, labyrinthes inter-têtes de l'Internet, etc. Des "ateliers" expérimentaux sont proposés : machine à écrire musicale, pub-sonnet, écriture GPS, épilatrice à phrases, tag invisible, graff vidéo, systèmes émoticônes, overwriting. Des textes sont proposés à la lecture comme dans une revue. Une façon de tenir compte des nouveaux environnements avec un résultat hyper-créatif.
J'imagine des ateliers d'écriture mutantistes, ça donnerait un souffle à cette pratique. »
Françoise Favretto, L'intranquille n░2, 28 mars 2012

« La rupture que marque cette publication, et qui fait date, c'est la traduction sans compromis du concept de devenir dans tous les domaines d'action de l'humain. "L'an 0 n'est pas encore advenu, l'an 0 est à venir." »
Un rédacteur mystérieux, Groupe français d'éducation nouvelle, GFEN Actus (en bas de la page), février 2012

« C'est un manifeste pour ceux qui veulent "penser et créer hors de ce qui est", se situant au cour du présent, du monde qui s'effondre, devançant et assumant une totale métamorphose. "La préhistoire, c'est maintenant." C'est aussi un appel à devenir des "mutantistes", à chercher de nouvelles formes, de nouveaux médias de création, à explorer un nouvel imaginaire. "Le mutantisme est l'émergence de formes malgré tout." Livre étonnant, détonnant, déstabilisant, proposant de passer en apesanteur. L'association de diverses formes de création (texte, images, vidéo, musique) témoigne d'une vraie liberté de recherche et de création. »
Christiane Rolland Hasler, Brèves n░98, mars 2012

« Au carrefour des sciences expérimentales comme de la science-fiction, des écritures à contraintes comme des arts électroniques, le mutantisme invente des machines qui produisent ce que l'on peut appeler des Agencements par Démultiplications Novatrices. »
« Parce qu'il relève de l'écriture réflexive (au sens optique et intellectuel du terme), qu'il est pratique poétique et invitation à la pratique, qu'il est à la fois subversif et inventif, ce manifeste est-il une anti-théorie subinventive. »
Dossier Libr-critique sur le Manifeste mutantiste 1.1, en quatre livraisons
Fabrice Thumerel, Libr-critique, novembre 2011 - février 2012
    - Partie 1 (19 novembre 2011)
    - Partie 2 (30 novembre 2011)
    - Partie 3 (23 décembre 2011)
    - Partie 4 (10 février 2012)

« "Manifeste Mutantiste" de Mathias Richard et al., ou comment ramener la littérature générale à un statut de prospectus publicitaire faisant la réclame d'un monde déjà révolu... »
Floriane Pochon, Mushin, 22 janvier 2012 [présentation accompagnant sa création radiophonique]

Création radiophonique (voix+sons) de Floriane Pochon (mastering : Tony Regnauld), d'après le Manifeste mutantiste [durée : 10mn] (précédée d'une présentation du livre par Floriane Pochon)
Vendredi 20 Janvier 2012, 23h30, émission diffusée simultanément sur les ondes de Radio Grenouille (Marseille), Radio Campus Paris, Radio Campus Besançon, Radio Campus Grenoble, Radio Campus Montpellier [dans le cadre de "La Nuit de l'╔volution", de 22h à 2h du matin]

« On tient là un "vortexte", un livre aspirant ses influences et les agglomérant anarchiquement pour créer autre chose, se dépassant constamment.
Une aventure tout autant qu'une réflexion et la conviction d'assister à bien autre chose qu'un effet de mode. »
Sylvain Nicolino, "Manifeste mutantiste 1.1 : Work in progress percutant", in Obsküremag.net, 14 janvier 2012

« Ce manifeste évoque un "Frankentexte" rock'n'roll.
Ces enfants de Philip K. Dick activent les possibilités nées de leur réunion.
Un refus de la passivité, un appel à la création libre. »
Sylvain Nicolino, Obsküre Mag n░7, 12 janvier 2012

« Instinct de survie, guérilla poétique, destruction du post-modernisme, monde réinitialisé, nouveaux modes opératoires et psychodiversité... (...) Une forme de brûlot atypique, poétique, remuant et captivant, comme ont pu le constater les spectateurs présents lors de son époustouflante lecture du 9 décembre 2011 pour le quinzième anniversaire de La Spirale. »
« Un ouvrage atypique, activiste sinon militaire, que l'on pourrait qualifier de manuel de survie en territoire zéro. └ classer entre William S. Burroughs, Hakim Bey et les manuels de guérilla édités par la CIA au cours des années 70 et 80. »
Dossier La Spirale sur le Manifeste mutantiste 1.1
Laurent Courau, La Spirale, 29 décembre 2011
    - Interview de Mathias Richard par Laurent Courau
    - Présentation et extrait du livre

Mathias Richard interviewé par Aude Lavigne pour France Culture (émission La Vignette, 5mn)
France Culture, émission La Vignette, enregistrement le 6 décembre 2011 - diffusion le 13 janvier 2012 à 20h55 [écoutable -ici-]

« Entre la crasse commerciale et les ronrons des autres, plus rien n'arrive à l'esprit dans ce pays préoccupé d'abord par des rêves plus sommaires. (...) Manifeste mutantiste 1.1 est d'une profondeur étonnante. Et d'une actualité qui informe et qui fonde. »
Patrick Cintas, Revue d'art et littérature, musique, 15 novembre 2011

« Un bel endroit de recherche : littéraire et sociétale. (...) Ce manuel de mutantisme est un ouvrage curieux, alerte. Vivant. »
Guénaël Boutouillet, Livreaucentre.fr, 13 novembre 2011

« La poésie du futur sera-t-elle "mutantiste" ? Intégrant toutes les nouvelles modalités technologiques pour produire des formes inédites, Mathias Richard et son réseau publient leur manifeste. » Mini-interview de Mathias Richard, par Romaric Sangars.
Chronic'art n░74, "Mutatis mutandis", 12 novembre 2011

« un ciel vertical, un arc électrique errant que la pensée ne peut totalement appréhender. »
Régis Nivelle, Lithoral.com, 30 octobre 2011

« Voilà un manifeste qui nous a toujours paru aller de soi.
- Soit, ça va mieux en le disant.
la notion de Auto-hacking nous a semblé particulièrement pertinente
désormais, vous vous hackerez aussi vous même.
Pour cela, des techniques, des machines, techniques de compositions, de création, d'inspiration. »
TheBot, Dendrobate magnétique : "Mutantisme / Hackez-vous", 27 décembre 2011


A propos de La spirale de la parole
espace
espace
espace

« Calmement le lecteur se prend une définition de l'écriture et du positionnement au monde qu'elle entraîne. Bergon trouve par l'écriture une échappatoire et une raison d'être indéniables. »
Sylvain Nicolino, "Guillaume Bergon - Nommer et exister", in Obsküre Magazine, le 31 mars 2011

Interview de Guillaume Bergon : "De l'écriture comme expérience"
Par Sylvain Nicolino, Obsküremag.net, le 30 mars 2011

Interview de Guillaume Bergon, suivie d'un article sur La spirale de la parole
« Il va de soi que je n'ai aucun conseil à donner à personne. Si ce n'est d'aller au bout de ses idées, envers et contre tout. » (Guillaume Bergon)
« J'y vois une fête à la fois de l'intellect et du chant intérieur par quoi commence l'exactitude des sensations » (Patrick Cintas)
Patrick Cintas, RAL,M, le 11 février 2011

« Disparition du verbe, sens de la formule, renversement dialectique qui affleure, rythmique et diction implacables.
Une sorte d'incantation chamanique perturbant en profondeur les repères du lecteur dans sa manière d'habiter le langage. »
Jane Sweet (GFIV), "La frénésie de la prose" in Le journal de Jane, le 5 février 2011

« Tournant le dos à la société de communication, l'idiot se perd dans l'infini de la langue. »
Fabrice Thumerel, Libr-critique.com, le 2 février 2011

Entretien vidéo avec Guillaume Bergon, réalisé au Musée de Paléontologie de Paris
Samuel Zarka, revue La vie de l'esprit, le 27 janvier 2011

« Il faut oser plonger dans le texte totalement, se laisser aspirer par la spirale des mots, afin de percevoir la pulsation d'un texte vivant, en recherche ("J'ai l'idée précise du langage que je veux créer." page 121), avançant sur un rythme obsédant comme autant de coups frappés à une porte. »
Christiane Rolland Hasler, revue Brèves, le 24 janvier 2011

« A lire et à délire. Incontournable. »
André Murcie, Alyteraturi.com, 11 janvier 2011

« Une transe chamanique s'ouvrant sur une sidération de la pensée.
(...) Texte derviche, d'un tournoiement au bord de l'à-pic du vide rarement approché. »
Régis Nivelle, Lithoral.com, 11 janvier 2011


A propos de Raison basse
espace
espace
espace

"Le projet démonte la perception traditionnelle de l’œuvre située à partir d’un auteur singulier, comme il brise l’idée de genre défini et authentifié. L’ensemble donne l’impression d’un fatras de mots suinté du chaos contemporain comme s’il s’agissait de son propre retour d’acide. Ce sont tous les objets de la modernité qui acquièrent le rang d’éléments essentiels habitant ces déviances. (…) Un bruit collectif et singulier, un bourdonnement de mots affleurant à la surface du bruit commun, un grésillement poétique parasitant le spectaculaire en boucle. « Nous » sommes toujours vivants."
Romaric Sangars, Chronic’art n°37, 1er juillet 2007

espace
"Ici pas de poudre aux yeux, chaque gramme vaut son pesant d'audace. La bouffée délirante survient en rafale, jubilatoire et libératrice, tant l'objet qu'on tient dans les mains revêt des formes fécondes. Trente textes donc, dont les singularités rappellent que les atomes de la littérature sont constitutifs d'une seule et même matière, celle du nous qui s'accouche au terme de l'ouvrage. Raison basse est un manuel de désapprentissage à l'égard du lecteur moderne. L'écriture contemporaine vit, pour qui sait « dé-lire »."
Antoine Dole, CitéGay.com, 18 juin 2007

"Poésie sonore, cut-up, e-mail littérature, prise de position et pavés dans la mare, Raison basse est de ces livres qui, s'ils ne changent pas le monde, ouvriront des fenêtres sur des horizons bien plus aventureux que n'importe quel titre chez ................ (placez ici le nom d'un de vos éditeurs haïs). Les deux éditeurs ont pioché dans des revues, sélectionné sur Internet ou convoqué des textes inédits sur la base d’un même refus de la littérature dominante, pour leur volonté de se placer hors du jeu social littéraire. Une bibliothèque des exclus ?"
Sylvain Nicolino, Obsküre.com, 18 juin 2007

"Raison basse ne ressemble à rien de connu. Musicalement, Cage peut-être pour le coté aléatoire de la construction, enfin ce que l’on en voit résulter & qui pourrait, pourquoi pas, ressembler à une sorte de Livre des naissances avortées & des mutations constitué de planches toutes impressionnées d’idéogrammes, par les tracés d’une pensée méta-critique de la philosophie de l’histoire & de la servitude. Premier essai : Inégal, mais politiquement & poétiquement rageur."
Régis Nivelle, Artistasalfaix.com, "Raison basse, pour une pensée organique", 15 juin 2007

"Raison Basse convoque tout ce qui a su résister au rouleau compresseur de la raison, cette vie dans les plis où se dérouleront les combats que devront désormais mener la littérature et la poésie. Ambitieux mais sans arrogance, Raison basse est un objet littéraire surprenant, excessif et radical, aux antipodes de tout esprit de chapelle : indispensable pour qui ne craint pas de prendre le pouls d’écritures fébriles, en mutation."
Axelle Felgine, Carbone n°4 (novembre 2007) / lien vers article complet

Entretien de François et Mathias Richard avec Philippe Boisnard, autour de Raison basse.
Libr-critik, 7 juin 2007
Entretien repris dans la revue Carbone (2007)

espace Interview de François et Mathias Richard à propos de Caméras Animales, où Raison basse est évoquée en filigrane.
Le Buzz littéraire, 21 mai 2007, "Des éditeurs pas comme les autres"

espace
"Compilation de textes écorchés et nihilistes. Littérature anarchiste, hurlements, écriture du mal-être, jeux de sonorités dans la violence. Cracher sur une société qui n’offre pas de consistance. Ecriture brisée, paragraphes grimés de slashs, crochets, changements de police. Suicide collectif. Une révolte sans aucun doute justifiée, mais fardée d’un dédain et d’une prétention qui n’encourage pas à terminer la lecture."
Clémence, Papercuts, 23 mai 2007

espace
"Raison basse : vaste encyclopédie ou bible moderne de la créativité littéraire. Plus qu'un livre, une expérience mentale et épidermique. Un époustouflant tableau à la fois hurlant, bouillonnant mais aussi étrangement cohérent. Ces flux, de prime abord parallèles, finissent par converger et prennent alors un nouveau sens "par torsions et bonds psychiques". OVNI littéraire, recueil collectif explosif, l'initiative s'avère donc extrêmement riche, accessible et ne manque pas d'audace. Cette lecture ébouriffe très sérieusement les neurones et s'avère très enthousiasmante !"
Le Buzz littéraire, 25 avril 2007, "Réinventer les écritures pour transcender les genres littéraires"
+ extrait du livre (1) : Sylvain Courtoux

espace "Le but d’un tel ouvrage, s’il est bien de créer une forme dynamique évolutive qui traverse l’ensemble du livre, toutefois, il tend aussi, et surtout à montrer les possibles mutations de la pensée/écriture en contact du monde, en contact d’autrui, en contact avec elle-même. (...) Le but d'un tel ouvrage : proposer des gestes de pensée, des expériences possibles de la pensée, bien souvent évacuées d’emblée des milieux éditoriaux, et donc de la visibilité."
Philippe Boisnard, 26 avril 2007, Libr-critik

espace "Les textes se mélangent ainsi comme s’ils parlaient d’une même voix, Raison basse est une bible, une odyssée moderne. Nous sommes dans une épopée monstrueuse, gigantesque, vertigineuse. Historique. [...] On est à la base même de l’écriture, dans l’invention permanente, première, originelle et originale. [...] Raison basse est un champ pluriel, audacieux qui, à lui seul, peut se vanter de parler du monde, bien mieux que les intellos, les philosophes, les politiques et les vulgarisateurs de notre époque. Ces sensibles, ces fou-furieux prolixes sont certainement, bien que mutants et rebelles, les véritables écrivains de notre siècle."
Frédéric Vignale, Le Mague, le 17 avril 2007

espace "Raison basse est le premier manifeste d'importance du siècle."
André Murcie, Primipile n°1, avril 2007 : 1 2 3

espace "Raison basse n’est pas un livre hiérarchisé et policé, c’est au contraire une association de malfaiteurs, dans le sens de ces grandes compagnies de routiers du moyen-âge qui s’aggloméraient par opportunité. C’est ce qui se rapproche le plus d’une île de la Tortue littéraire, d’une Arcadie de Frankenstein entre surmâles et suffragettes, lycanthropes et cyberdogs."
Tristan Ranx, Nanochevik, 13 avril 2007

espace "c’est un bouquin magnifique, orné d’une couverture superbe, et rempli de textes bizarres, expérimentaux, tarés, chelous, brillants, idiots, poétiques..."
Konsstrukt, Newsletter, 1er mai 2007

espace "Les éditions Caméras Animales publient Raison Basse, processus collectif insurrectionnel pour une littérature vivante, mutante, au-delà des genres."
Le Mort-qui-Trompe, avril 2007

espace
A propos de CREVARD [baise-sollers] de Thierry Théolier

f Thierry Théolier est interviewé par Abdel Bounane et lit un extrait de Crevard à l'émission Minuit/Dix sur France Culture
Pour écouter son passage dans l'émission, télécharger le fichier )-ici-( [mp3, 4,6 Mo, 6.38mn]

Emission Minuit/Dix, France Culture, 27 février 2007


f
Thierry Théolier interviewé par Jean-Claude Caillette, à l’émission Le Lire & le Dire sur Radio FPP (106.3, Paris).
Pour écouter l'émission, télécharger le fichier )-ici-( [mp3, 41,1 Mo, 30mn]

Emission Le Lire & le Dire, Radio FPP (106.3, Paris), 2 janvier 2007

f
« De l’hygiène du livre par le World Wide Web dans l‘univers ruiné de la culture.
Paradoxalement, la liberté critique est l’objet de valeur sublime, le plus recherché, des sociétés qui la font disparaître. »
Aliette Guibert, Sklunk.net, avril 2006


f « Je ne suis pas incassable, mais irrécupérable ! »
Interview vidéo de Thierry Théolier par Thomas Clément
Clement.blogs.com, 19 juin 2006

f « Less than punk » : interview de Thierry Théolier par Yan Céh
Upstreet n°58, 1er mars 2006

f
 « L’ode et l’attaque vont de pair, les remises en question abondent, les retournements sont imprévus. Le montage de ce corps verbal de bric et de broc est un hymne au devenir de l’écriture, au rejet du récit autobiographique classique, en phase avec un univers noir, punk, crevard. (…)
Et c’est le dilemme assumé qui est le plus beau à mes yeux (en dehors de la langue évidemment !) : ce cri du cœur de l’homme aspirant à être aimé, à faire partie, à s’intégrer dans ce qu’il exècre. (…) Hésitations et pas suspendu, un pied au-dessus du vide terrifiant d’une partie de la pensée contemporaine, l’autre au-dessus d’un hypothétique retour au néant ascétique, c’est dans cette force du non-choix que Th.Th se révèle le plus parlant, le plus touchant. »
Sylvain Nicolino, Obsküre.com, 10 février 2006

Web-émission de Philippe Boisnard sur le site Libr&critiK, consacrée à CREVARD [baise-sollers]. Durée : 14mn. (6 janvier 2006)

Création de Charles Pennequin sur cette émission de Philippe Boisnard.

« Le cri d’un crevard de la hype »
Arnaud Sagnard, 20 Minutes (Grand Paris), 5 janvier 2006

THTH interviewé sur la radio Le Mouv’ par Laurence Peuron
2 janvier 2006, Le Mouv’
Ecouter la première partie de l’émission (il nous manque la seconde partie)

Thierry Théolier « Je suis un écrivain qui n’écrit pas » : interview de 3 pages de Thierry Théolier par Claire Fercak dans La Presse littéraire
« L’objet-livre de Thierry Théolier est trop original pour passer inaperçu et ne pas vous brûler les mains. »
Claire Fercak, La Presse littéraire, 15 décembre 2005

« En v'là un objet littéraire tout à fait hors du commun et proprement inqualifiable. Pamphlet poétique? Poésie guerrière? Farce provo ? Théorie artistique? Performance ? Happening littéraire? Laboratoire anti-hypeux ? Ce texte inclassable de Thierry Théolier échappe brillamment à tous les genres qu'il dénonce. Loin des artifices parisiens, branchouillés, VIP, pubeux, artistes à la mode et fashionistes de tous bords, Théolier, THTH pour les trolls ses amis, fondateur du célèbre syndicat du Hype, entreprise d'incruste et de dérive fêtarde pure et non sponsorisée, THTH nous dénonce radicalement, dans un style neuf et déjanté les multiples turpitudes marchandes ou snobs des jolis mondains et nous aphorisme joliment quelques vérités essentielles. Vindicatif, barré, insultant, drôle, nominatif, dernier des mohicans, dyslexique, parodique, hilarant, unique représentant de son espèce, ce livre l'est à plusieurs titres, par sa langue post post jeunes gens modernes, son style éclaté, son humour subtilement décalé ou kalachnikovien mais aussi par sa distribution originale et loin du merchandising général : le livre se commande uniquement chez votre libraire ou sur le site www.camerasanimales.com. »
Agnès Léglise, Rock’n’Folk, 15 novembre 2005

Jeudi 10 novembre 2005 : Présentation enthousiaste du livre par Agnès Léglise dans l’émission Campus (France 2) de Guillaume Durand qui s’exclame « mais c’est la hype de la hype, c’est la hype au carré ! »

« Objet littéraire pas vraiment identifié! » : Coup de cœur sur le blog de l’émission

« J’ai pris contact avec la résistance. […] Crevard est un ouvrage expérimental, un pur fruit de ses diarrhées web, un OVNI bourré d'inventions stylistiques. Ce mec est un pur, totalement désintéressé, passionné de littérature et d'art contemporain. Un parasite du système au sens noble du terme. Qu'il le veuille ou non, il est rock n'roll avec son bonnet "PARIS" et son sac E.D (L'épicier discount!). »
Thomas Clément, clement.blogs.com, 2 décembre 2005

« [Crevard] est l’un des premiers signes de l’affrontement du blog contre le livre. »
Christophe Greuet, Culture Café, 28 novembre 2005

« Le Crevard, c'est le CAILLERA DE LA LITTERATURE
Point BARRE.
signé LA Brigade »
Olivier Stupp, Gonzo

« Lire Crevard, c’est comme recevoir un pipi de cheval sur la tête, ça réveille. Et pour naviguer à vue dans les récifs et les roches cyannées de la hype, mieux vaut être aware comme l’affirme le philosophe belge Van Dame. THTH surfe en compagnie de dangereux flibustiers tels que le Baron Corvo et Arthur Cravan. Mais à l’ombre des mots, brille le regard désespéré de Martin Eden, flottant, main dans la main, avec le grand corps noyé du poète boxeur. Chevauchant la vague sans se laisser emporter par celle ci, THTH est un surfeur de l’extrême Il faut avoir la force d’un Zarathoustra pour résister aux sirènes de la Hype et THTH tel un Ulysse enchaîné avoue parfois se sentir entraîné dans le mælstrom… La description d’une soirée terrasse à Libération est digne d’une traversée de la mer des Sargasses en pédalo. C’est toute l’institution de la gauche caviar bien-pensante qui en prend un coup dans le cul. »
Tristan Ranx, Le Gluon, 24/11/0

« Crevard est l’espèce de carnet de bord de cet agitateur original, anti-livre transféré de la Toile sur le papier, anti-best-seller mais aussi baise-sollers intempestif, interactif, proliférant. »
Alain Hélissen, Le Mensuel littéraire et poétique n°335, 1er novembre 2005

« Thierry Théolier est soudainement entré en littérature. La grande. Celle qui reçoit son nom de baptême après son adoption par les dictionnaires. Théolier a rejoint les pirates de haute mer, de Jacques Vaché à Grégory Corso. Comme eux, il a déréglé le réel par le faux-semblant. Avec « CREVARD [baise-sollers] », il prend à revers toute sa génération. Il sera celui qui a regardé par-delà l’écran. Lisez-le sans perdre votre temps à fantasmer sur le prochain Goncourt. »
Gérard Guégan, Sud-Ouest Dimanche, 9 octobre 2005

« C’est bon et revigorant comme un rire nietzschéen. Bien sûr pour le style il ne s’est pas sévigné aux quatre veines, il s’est plutôt électrifié au manifeste aux paupières de jupe. Le livre le plus intelligent que j’ai jamais lu sur notre société médiatoc. L’artmodernité ne sera plus ce qu’elle était. Bulldozart au pays de la vartcuité. »
André Murcie, Bucéphale, 10 octobre 2005

« Thierry Théolier pousse dans ses retranchements tout ce qu'il touche. Hier le web, aujourd'hui le papier, demain... allez savoir. (…) "Crevard" échappe à tout, belle machine rutilante à broyer du concept pour en faire les confettis de la grosse teuf négative à laquelle il nous convie. »
Troudair, le 24 février 2006

« L'animal a condensé ses cyberdialogues en langue novo-SMS et à l'urbaine poétique dans un livre. »
Christophe Riedel, TGV Magazine, novembre 2006

« Thierry Théolier : Pourquoi, le livre ? »
Question-interview par Arnaud Jacob,
Fluctuat.net, février 2006

« Tu commences linéaire, jusqu'à ce que tu réalises (ça m'a pris à peine deux minutes) que c'est pas l'objet "bouquin" habituel. C'est un "livre dont vous êtes le héros" sans déconner ! Tu fais des choix, tu sautes des pages, mais pas forcément vers l'avant, tu relis des trucs qui prennent un autre sens à cause de la phrase que tu as lu avant, à cause de répétitions ou d'altérations, il faut reconnaître que bien peu de livres m'ont fait ce coup avant. »
pX, mail sur la Kant-in

4 octobre 2005, THTH invité sur le plateau de Direct Matin sur la chaîne câblée DIRECT 8

« Gourou parisien des incrusteurs de soirées, « THTH » sort un livre chaotique et hypnotique » : Thierry Théolier interviewé par Pascal Bories
Technikart, « L’interview Alka Setzer », 1er novembre 2005

« cette extrême présence aux flux du présent
sublime ce qui aurait pu être une écriture torchée
en écriture torche dans le néant »
François Richard, 30 octobre 2005

« Un nouveau style net flash, une littérature diabolique qui explose les barrières pour explorer le zéro et l'infini de la Hype, derrière le démon TH se cache l'Ange nu du net. Crevard ... De l'Enfer à Vanessa Paradis. »
Jean-Luc Battini (créateur du prix du cinéma "Anges & Démons"), octobre 2005

« Etre hype ou ne pas être hype. Si cette question t’obsède de ta première clope du matin à ton dernier rail de C. du jeudi soir et que tu ne connais pas la réponse alors I’ve got the fuckin' answer... »
Laurent Bravetti, Behype.com, 19/10/2005

« bande d'ornithodrunks »
Joachim Montessuis, Compost_23, 17/10/2005

« Tourbillon caustique où chacun en prend pour son grade, art contemporain compris. »
Timothée Barrière, Le Nouvel Obs, 6 octobre 2005

« La légende anti-hype (ou même hype (disons rétro-hype)) pose son flow2bâtard sur près de 200 pages. Ce que j'admire chez ce gars, c'est ce qu'il a inventé. Son langage et ses codes, son image et ses tribulations festives. Longue vie au prophète ! »
http://live-fast.blogspot.com/2005/09/baise-sollers.html

« Je dirais qu'il rêve, rêvait d'une autre hype... »
Erwann Bleu, blog, 2 mars 2006

« Crevard c’est un livre vivant, à cause de la cervelle de Thierry Théolier, parce que de bout en bout on est juste dedans, en plein dedans, dans sa cervelle et dans son système nerveux, c’est vraiment pas très confortable, ça constitue une expérience et ça fait mal un peu partout. Il y a des flux et des brisures, des effets de montage, aussi, beaucoup d’effet de montage, parce que son corps et son cerveau sont connectés en permanence, sur la violence de l’IRL et sur la cyberidiotie. Il a craché son existence dans ce livre, fallait bien que ça arrive un jour, à force de boire dans la soupière façon Bad Taste, oui fallait bien. Il dit qu’il n’est personne, le règne du Nobody. Il dit : « Je copyleft ma souffrance de merde », il dit : « Un artiste n’est jamais free. Il est sous la tyrannie de son ego », il dit : « Nous sommes les premiers punks sans instruments ». »
« Crevard est un objet. Un objet de crevard. »
Chloé Delaume, www.chloedelaume.net, 30 septembre 2005
http://www.chloedelaume.net/rem312
http://www.chloedelaume.net/rem311

« Ce qu’il y a de viral ce sont ses idées, son art et maintenant son livre CREVARD [baise-sollers] chez Caméras Animales. Ce livre est un « O.L.N.I. », Objet Littéraire Non Identifié, un essai « d’une nouvelle forme littéraire ». »
D. Latourte, Le Buzz littéraire, 28/09/05

« Lu Crevard d'une traite cette nuit -comme on snif un rail avec un haaa arrivé au bout et pupilles dilatées. Grand livre car il transcende son sujet pour être un pavé mal ajusté, saillant, sur la route que l'on veut nous tracer. »
Mail Baron, www.mycroft.com.fr, 23/09/05

« Thierry Théolier, individu poilu et myope à l'air lunaire, dandy dépravé, sdf hypé after Punk, né comme un symbole, en 1968, est un être ultra sensible qui, a force d'avoir baladé son œil, sa dégaine, son originalité et son esprit critique sur les pavés parisiens est devenu le témoin privilégié d'une époque. Un mythe virtuel.
Il critique, invente, zone, surfe, pique, provoque, emmerde, squatte, et jongle avec la souris comme personne avant lui. Lire du Théolier c'est être en phase avec le monde et l'e-monde. C'est suivre un essayiste redoutablement acéré et visionnaire. Si l'on regarde attentivement, cet ouvrage fort bien négocié, mis en page et en valeur, participe à l'avènement officiel d'une nouvelle littérature. Bouquin historique à plus d'une formule. »
Frédéric Vignale, Le Mague, septembre 2005
http://www.lemague.net/dyn/article.php3?id_article=1443
http://www.lemague.net/dyn/breve.php3?id_breve=960

« Thierry Théolier est l'outsider de cette rentrée littéraire qui s'annonce aussi ennuyeuse que la précédente. Hacktiviste amphétaminé du Web, Théolier a.k.a THTH (traduire : connu également sous le pseudo de THTH) publie son premier livre, un "report" textuel et visuel de cette joyeuse agitation bordélique on line et dans la "real life". Cette écriture poétique fragmentaire voire éclatée venant du Web garde toute sa saveur sur le papier. On ne peut pas ne pas penser à Dada en lisant Théolier. »
Jean-Luc Bitton, http://www.rigaut.blogspot.com/ , « Un livre très Dada », 29/08/05
et
http://www.chronicart.com/actu/actu_art14.php3, « Le crevard de la rentrée littéraire », 12/11/05

« Finalement, malgré le désir de Néant, d'un monde et d'un art immatériels, les traces de l'expérimentation s'imposent : les flux de la média connexion ont donné lieu à un langage, issu de raccourcis clavier, d'abréviations nerveuses, d'hybridations fulgurantes, poésie du chatroom, du texto et de l'e-mail. Thierry Théolier, un des pionniers de la Net-écriture, aujourd'hui amoureux, rédige un livre, intitulé CREVARD [baise-sollers] et, avec l'amour partagé, bientôt sa publication (éditions Caméras Animales, oct 2005). »
Christophe Duchatelet, Palace, juin 2005

« La rentrée des Crevards !! On parle beaucoup de la rentrée littéraire 2005 de Houellebecq mais saluons aujourd’hui une autre publication qui apparaît bien plus sympathique et qui est celle du premier book de THTH. »
Frédéric Vignale, Lemague.net

A propos de V.I.T.R.I.Ø.L. de Arnaud Pelletier

La couverture de V.I.T.R.I.ě.L. apparaît à la seconde 00:51 du clip "Jaloux de ta psychose" du groupe Le Manque.

"Arnaud Pelletier subit à la fois une décomposition de la pensée et un effondrement de la perception de réalité (entrecoupés de quelques extases sexuelles et vénéneuses) sous le double éclairage de la beauté et de la mort, la conscience du poète tantôt s'éveille, tantôt s'anéantit entre lueurs d'espoir et désespérance. V.I.T.R.I.O.L., subtile alchimie entre venin (la réalité) et décomposition (l'être intérieur)."
Gérard Paris, Interventions à haute voix n°40, juin 2007

« V.I.T.R.I.Ø.L. d’Arnaud Pelletier : le roman-requiem pyromanesque de l’année. Soit cinquante « tourbillons de feux furieux rimbaldiens ». C’est-à-dire cinquante pages de braise d’une « puissance d’effraction à peine recevable » comme le souligne le préfacier Hubert Haddad. »
Noël Godin, Le Journal du Mardi, 27 mars 2006

Texte de François Richard en hommage à Arnaud Pelletier.
François Richard, La Revue des Ressources, 12 juin 2006

« Ce livre est écrit avec une langue en fusion, explosive. D’un bout à l’autre, le rythme est haletant et subjugue le lecteur. »
Christiane Rolland Hasler, Brèves n°77, mars 2006, p.130

« (…) un halo de paradoxale suprématie d’où se rappelle irrépressiblement le signe des déclassés initiés, d’avance en joue.
C’est le soir du jour où il eut en main ses deux premiers livres qu’Arnaud est décédé accidentellement, quelques heures après un passage artaldien à travers la foire à la poésie ménopausée de la place Saint-Sulpice (…). Il reste de lui dans un regard et dans une amitié amputés une fureur, dans les mains ces deux livres, quelques lettres, des débuts de textes indicibles et puis la vague et l’écume d’une puissance de commencement sans trop de précédence devenues un trou noir. »
François Richard, « De temps en temps, chaque siècle... », Artistasalfaix.com, décembre 2005

« une pensée ramassée en quelques mots d’une étrangeté incisive et d’une précision tranchante. »
Axelle Felgine, Hermaphrodite.com, 19 octobre 2005

« C’est la poésie qui porte le deuil de son incandescence funéraire. Ce mince volume est d’ores et déjà un livre culte. »
André Murcie, Bucéphale, 10 octobre 2005

« Ce texte plonge corps et âme dans un tourbillon dont on ne sait si c’est la folie ou la mort qui l’active. »
Alain Hélissen, Le Mensuel littéraire et poétique n°335, 1er novembre 2005

« Mourirs vifs ou naissance de l’écrivain » titre l’auteur pour ouvrir son deuxième texte. Un slogan qu’il semble avoir appliqué à la lettre pour montrer qu’en littérature, on ne fait pas semblant. »
Olivier Stupp, Technikart, 1er octobre 2005

"Coup de Coeur" de Patrick Poivre D'Arvor dans l’émission Place au Livre sur LCI, octobre 2005

« V.I.T.R.I.Ø.L et ses Mourirs vifs, corps et cœurs phosphorescents d’Arnaud Pelletier qui s’accomplirent à force de métamorphoses et d’échanges, nous affirment notamment dans les incantations de la Prière au soleil, que nous ne mourrons que vivant ; que nous ne mourrons pas. »
Régis Nivelle, Artistasalfaix.com, 15 octobre 2005
http://www.artistasalfaix.com/revue/article.php3?id_article=713
http://www.artistasalfaix.com/revue/article.php3?id_article=714

« Un ouvrage culte qui revêt une magie et une énergie particulières qui dépassent de très loin les limites de l’écriture et de la perception traditionnelles. On pourrait parler, sans se tromper, de précognition, de lucidité géniale, V.I.T.R.I.Ø.L donne le vertige, étourdit par sa pertinence et sa magnifique désespérance teintée d’orgueil, de provocation, d’amour et d’idéal.
V.I.T.R.I.Ø.L n’épargne rien ni personne, il se lit la peur au ventre. Sa lecture est, tout, sauf anodine. Elle marque au fer rouge. Chant énigmatique et précieux, prière au soleil noir, V.I.T.R.I.Ø.L est déjà un livre intemporel, il échappe à toute logique habituelle. »
Frédéric Vignale, Le Mague, « V.I.T.R.I.Ø.L. : un livre culte », septembre 2005

« Texte posthume d’un auteur de 28 ans qui s’est brûlé les ailes en juin dernier, ce recueil remixe tous les soleils noirs obligés : Artaud, Lautréamont, Bataille. »
Libération, 8 décembre 2005

« Ecrit avec une grande simplicité, une rigueur logique parfaitement lisible, concrète. »
Dominique Drouin, lelittéraire.com, 2 décembre 2005

« Arnaud Pelletier, ce dandy désespéré aux fulgurances géniales. »
Hermaphrodite.fr

A propos de Danse-fiction de Ly Thanh Tiên

« Si on ne comprend pas alors que Ly Thanh Tiên est un des artistes importants de notre temps, refermer le livre revient à se condamner soi-même au silence. (…) Danse-fiction est un itinéraire sans remords au fil de l’improvisation comme art et comme fin. »
Patrick Cintas, Artistalfaix.com, 15 juin 2006

« Ly Thanh Tiên : un artiste qui vibre avec la vie, un "sonolâtre" constamment à l'écoute de la langue de la rue, un franc-tireur dont les mots dansent comme les gestes : turbulents. »
Philippe Robert, revue Mouvement n°32, p.39-40, chronique intitulée "Sacrés"

« Des images fortes minent le texte comme des menaces (« au fond le langage n’est qu’un dealer de drogue acoustique ») et lorsque le texte exsude des bribes de souvenirs (« Ma maison soufflée par une déflagration »), on se rend compte que la violence imprègne la vie de Tiên, et sa vie d’artiste en particulier. Emporté par cette bourrasque, le lecteur n’oubliera ni cette vague ni cette musique de mots. »
Christiane Rolland Hasler, Brèves n°74, avril 2005

« Tiên est un artiste autodidacte pluridisciplinaire, danseur, performer et écrivain, le tout merveilleusement inclassable. Son écriture est faite de mots parfois savants, parfois bricolés, parfois intrigants, mais souvent des trouvailles réjouissantes. Du pur bonheur à se lire à haute voix. »
JM, Jazz en Gâtine, site du festival NPAI

« Lyrique, Pasolinien - la scansion du hasard des rencontres énonce l’Acte et/ou le lieu de l’action dansée, comme le Myosotis nous dit la couleur d’une saison. (...) Un balisage dynamique-corporel de l’Espace recelant la mémoire d’un empilage d’actes singuliers révélés par Tiên, le Flibustier-intermédien, artisant-inventeur du Silensophone et autres Animaxes. »
Régis Nivelle, Ecrits-vains.com

« Ce livre est à décrypter comme les traces graciles que les cigognes en partance vers d’exotiques rives laissent aux rives marneuses des marécages. (…) Danse-fiction. Si vous aimez le vertige… »
André Murcie, Bucéphale n°6, avril 2005

« Il souffle comme un vent de folie sur ce livre de Ly Thanh Tiên que je vous conseille immédiatement. »
Philippe Duarte, Undersociety.free.fr, mars 2005

A propos de Musiques de la révolte maudite de Mathias Richard

« Un exemple écrit, un cri exemplaire de l’action de ces musiques révoltées sur nos corps, nos esprits. »
Sylvain Nicolino, La Femelle du Requin / site Obskür[e]

« Raison de nous mettre à l’écoute, d’écouter ce qu’il en est de la phrase lorsqu’elle aborde d’autres terrains sonores ou rythmiques. »
François Bon, Remue.net

« Ce sont de magnifiques textes, d'une grande profondeur, une source de méditation. C'est un vrai défi d'écrire des choses si justes sur une expérience infiniment complexe. On se rend compte que l'expérience musicale féconde la littérature... Dans un monde disert, surinformé, hyper-sophistiqué, où l'art est le plus souvent "nice and easy", il est très difficile de savoir "écouter" et de sentir la brutalité de ce qui malgré tout se dit, s'écrit, se joue. »
Axelle Felgine, mail, 18/11/05
Vertigo Mundi, d’Axelle Felgine, texte écrit dans la proximité de Musiques de la révolte maudite

« Un livre qui constitue un chemin de traverse, une sorte de rendez-vous, avec la musique, avec l’époque, et au-delà avec soi et les autres. Une singulière réflexion qui prétend moins donner un cours (défaut de tant de ses contemporaines approches) que rendre une expérience, juste, musicosensible, humaine tout simplement. »
Blog Free !, “Mots, dites la révolte !”, octobre 2005

« Mais où se cachent ceux que j’aime ? A défaut d’aimer ces gens, j’aimerai donc des œuvres : […], la poigne des textes de Mathias Richard et les tensions qui l’animent. Ce qui devait se faire la quiétude d’un retour au bercail se transforme en recherche de points limites. »
Marie-Pierre Bonniol, Discobabel

« Mathias Richard nous fait part d’une révolte transmuée en véritable état de grâce. Jusque dans la lecture du texte, il y a quelque chose de physique, c’est la fièvre d’un passionné hors pair qui met en jeu non seulement la musique, mais tout ce qu’elle peut accrocher au passage.»
Marie Daubert, Magic ! n°52

« Le contenu de pages entières, puissance évocatrice de la prose –serrée, incandescente- de Mathias Richard, aurait pu être mis dans la bouche du Baal de Brecht. (...) ___ J’ai pensé à l’histoire d’Outis dans le Cylindre Obscur de Onuma Némon (Ogr) – aux souffrances et aux extases du corps de Mehdi Belhaj Kacem (sans la posture intellectuelle) __ aussi à l’Homérique Argo. »
Régis Nivelle, Ecrits-vains.com

« D'une plume gagnée par la transe, guidée par l'intensité, l'extase et le sacré, Mathias Richard explore des champs pas faciles, qui n'ont jusqu'à présent pas été parcourus avec une telle fougue. »
Philippe Robert, revue Mouvement n°32, p.39-40, chronique intitulée "Sacrés"

« (…) c’est le chant orphique, la voix nue de Mathias Richard qui s’élève dans ce concert disharmonique, dans le tumulte des flots, et qui nous conte la naissance d’une âme qui s’accouche d’elle-même, dans le bruit et la fureur des prétextes musicaux qui présidèrent à son rassemblement. (…) Les textes de Mathias Richard sont à scander jusqu’à la transe vibratoire qui les engendra. Caméras Animales n’édite pas des livres mais des partitions. »
André Murcie, Bucéphale n° 6, avril 2005

« La musique est un foyer sacrigène dans une civilisation sacricide.”
Mathias Richard, Musiques de la révolte maudite, Caméras Animales. »
Philippe Robert, Jazz Magazine n°554, article sur Robert Ayler

« Dans ce recueil de textes, l'auteur donne ainsi à vivre au lecteur l'expérience de la musique sur un mode extatique, de désespoir comme d'Idéal, et érige l'onde en moyen de connaissance.
Les Caméras Animales publient ici un ouvrage aux confins de la fureur et de l'intense et promettent ainsi des publications futures susceptibles de bouleverser la perception des lecteurs, au contact de tous les arts et de la littérature. Exigence d'une démarche qui témoigne d'une approche totale de l'Art. »
Olivier Stroh, Zone Littéraire

« Dans cet ouvrage atypique, l’auteur nous fait partager sa vision de la musique, charnelle et obsessionnelle […]. Voyage au pays des ondes sonores qui nous aident à découvrir le monde…et soi-même. »
Site de la librairie alternative La Pétroleuse

Plaquette en guise d’éditorial du site Casseurs2hype le 29 avril 2004

« Mathias parle avec passion d'une musique qui a une réelle emprise sur nous tous. Un très intéressant premier livre. »
D-Side n°22

« La précision de ses textes font mouche et nous plongent dans la moiteur de la foule. [...] il y a une telle osmose dans ces récits qu'on oublie toute frontière de genre. [...] A posséder de toute urgence. »
Philippe Duarte, Undersociety.free.fr

« Mathias Richard se nourrit de la musique pour exister. (…) Des disques ou des concerts de groupes aussi variés qu'uniques lui servent de support pour montrer que l'intensité est la meilleure arme contre le désespoir. »
Frank Frejnik, in Punk Rawk n°20, juin 2005, p.10

Emission Elektrophonie (France Culture) par Bastien Gallet consacrée à Musiques de la révolte maudite le 28/02/2004
Bastien Gallet y lit et commente le début, puis des extraits, de Musiques de la révolte maudite #1 #2

Interview de Mathias Richard par Olivier Stroh sur le site Artslivres.com, mentions et photos de Musiques de la révolte maudite, juin 2005.

Mathias et François Richard invités à l’émission Des livres et moi sur Radio Béton (93.6, Tours), à propos de Musiques de la révolte maudite et de Caméras Animales. Interview réalisée par Emmanuel Mazodier et Fabienne Parduvo.
Pour écouter l'émission, télécharger le fichier )-ici-( [86 Mo, 1h34]
Emission Des livres et moi, Radio Béton, 25 mai 2006